Vendredi 4 février, France 3 chaîne public, sera à Chartres – Place des Epars.
 
A 15 heures sera enregistrée l’émission la voix est libre, spéciale « campagne des cantonales », les invités seront de tous les bords politiques. Sauf, sauf, celui du Front de Gauche.
Nous retrouverons donc le panel habituel que nos rétines ne cessent de voir : PS, MODEM, PRG, FRONT NATIONAL, UMP.
A la question quel est le prétexte avancé ? La chaîne régionale le cherche encore !
En ma qualité de secrétaire du comité du Parti de Gauche d’Eure et Loir, en ma qualité de citoyen, je ne peux que m’élever devant cette censure.
Le Parti de Gauche, le Parti Communiste Français qui forment le Front de Gauche avec, pour égaux, les Alternatifs, des militants du NPA, des syndicalistes, des citoyens apprenons que notre force politique ne représente, aux yeux de ce média, rien !
 
C’est une gifle que France 3 nous adresse. Une gifle faite à ce que nous sommes et représentons. Pour  l’ainée d’entre nous, je nomme : Le Parti Communiste Français cet acte est une injure faite à son histoire et à la force de résistance qu’il a incarnée et qu’il incarne encore.
France 3 était-il aveugle pour ne pas voir lors des manifestations contre la réforme des retraites que le Front de Gauche était omniprésent dans les cortèges ?
 
Devons-nous rappeler à France 3 région centre que le Front de Gauche a, aux dernières élections régionales, dépassait le MODEM ?
Serions-nous aux yeux de France 3 région centre moins digne que le Front national pour ainsi subir son humeur ?
Serions-nous assimilés au PS, au PRG ou à EELV ? Dans ce cas le cursus des maîtres de cérémonie : Jocelyne Thuet, Alain-George Emonet et Bérénice du Fay, manque cruellement d’une formation en science politique et, si cela devait être trop long, nous sommes prêts à les inviter à l’un de nos meetings, sans doute y verraient-ils que notre ligne politique n’est pas un élastique mais une chaîne sur laquelle s’arrête le capitalisme et la social-démocratie !
 
Cette censure est indigne de notre république et si l’ambition affichée de cette émission est de nous faire vivre au plus près de chez nous l’actualité, il y a de forte chance que les Euréliens n’y retrouvent pas leurs petits. A moins de 72 heures de l'émission, nous espérons que France 3 région Centre revienne sur sa décision.
 
Laurent BORDEAU

Veuillez entrer le code:

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.